"Plonger dans un livre, pour nager dans le bonheur..."

vendredi 7 juin 2013

Nos Etoiles contraires


Titre :  Nos Etoiles Contraires
Auteur : John Green
323 Pages. Editions : Nathan 2013

Résumé :

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.
Ma chronique :
 * Attention risque de Spoilers *
J'ai beaucoup aimé ce roman même si pour moi il est un peu trop ancré dans la réalité. Je m'explique : Quand j'ouvre un livre j'aime me dire que je vais m'évader, découvrir d'autres paysages, voyager .... Là, ce n'est pas le cas. Les personnages sont très émouvants. On s'attache beaucoup à eux et on les suit dans leurs périples. J'ai trouvé que le style d'écriture de l'auteur très fluide. Les pages se tournent pour ainsi dire toutes seules. Le roman n'est pas épais mais il est tout en émotion, en sentiments et en découverte des personnages. Beaucoup de douceur mais aussi de colère devant l'injustice que doivent endurer ces jeunes. On sent que par le biais de quelques blagues, l'auteur essaie de dédramatiser l'ensemble mais sans vraiment y parvenir. Les passages de Van Houten ne m'ont pas du tout plu pourtant l'idée du roman non inachevé et la quête de l'auteur pour pouvoir en connaître la suite était sublime mais pas du tout exploitée jusqu'au bout. C'est dommage, moi aussi j'aurais voulu en savoir plus. La fin est très émouvante mais peut-être un peu trop bâclée. On ne sait pas trop ce qu'il va advenir de Hazel même si bien sût on s'en doute. Bref, j'ai plutôt bien aimé ce roman mais le fait de parler de cancer m'a un peu refroidi en ayant un peu trop connu cette maladie dans ma famille.
* Lu dans le cadre de la lecture Commune organisée par Dorothzz * 
Ma note : 8 / 10

9 commentaires:

  1. J'en garde un bon souvenir même si ça ne reste pas mon genre préféré, tout comme toi, j'aime m'évader et rêver !! Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai aimé mais sans plus pour moi ! Bizzz

      Supprimer
  2. je l'ai beaucoup aimer , même si ce n'est pas mon style habituer et que comme toi je connais trop cette maladie pour l'avoir vecu plusieur fois dans ma famille :(
    je préfère largement les lectures ou je peut m'évader ..
    ps : comme toi j'ai pas aimer les passages avec Van Houten
    ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est trop ancré dans la réalité malheureusement ! On a l'air d'avoir ressenti les mêmes choses pour cette lecture ;-) Bizzz

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Oui effectivement même si de mon côté il n'a pas été un coup de cœur j'ai tout de même passé un très bon moment ;-)

      Supprimer
    2. Je reviens commenter ton article maintenant que je l'ai lu grâce à la LC. Je suis d'accord avec toi, j'aime quand un livre me fait voyager, un livre est une évasion. Et pourtant, parfois, j'aime aussi le côté réaliste des livres car ils nous permettent de lire des expériences que l'on a pu avoir...
      J'ai été très touché par ce roman, ce fut un bon gros coup de coeur pour moi :).

      Supprimer
  4. Ce qui est extraordinaire justement, c'est qu'il est très ancré dans la réalité comme vous dites, et il est émouvant sans être larmoyant. Je sais pas si je me fais bien comprendre : l'auteur nous offre un palette d'émotions vaste qui correspond mieux à la réalité que ce qu'on peut croiser dans le genre.

    RépondreSupprimer
  5. Pour ma part, lire me permet aussi de m'évader mais parfois j'aime lire des choses plus "réaliste". Ca me permet de comprendre des choses qui me sont totalement inconnues. Je trouve que Nos étoiles contraires est réaliste mais John Green ne nous donne pas un sentiment de pitié. On s'attache à ses malades pour leur personnalité et non à cause de son cancer.

    RépondreSupprimer